[DOSSIER] LES CAHIERS DU COMITE ASIE N°19 | 2020 : Le retour de la « diplomatie du portefeuille » dans le Pacifique insulaire

 
À PROPOS DE L’ARTICLE   
Si la Chine continentale et l’île de Taïwan sont de facto gouvernées par deux entités différentes, le gouvernement de Pékin revendique toujours sa pleine souveraineté sur l’île de Formose. Corolaire diplomatique à ces tensions politiques, quiconque veut établir des relations avec la République Populaire de Chine (ci-après « RPC » ou « Pékin ») doit d’abord abandonner toute reconnaissance formelle de la République de Chine (ci-après « ROC » ou « Taïwan »).
Dans les années 2000, le Pacifique insulaire a été le théâtre d’une compétition féroce entre les deux rivaux chinois en quête de reconnaissance diplomatique exclusive, certains spécialistes parlèrent alors de « diplomatie du portefeuille ».
Après plusieurs décennies d’accalmie, le projet des Nouvelles Routes de la Soie, l’exacerbation de la rivalité sino-américaine et la crise de la Covid-19 raniment les tensions.
 
À PROPOS DE L’AUTEUR
Juriste de formation (Master II), Paco MILHIET a bénéficié pendant son cursus d’un échange universitaire de deux ans à l’Institut diplomatique de Chine, 外交学院 (2011-2013). Ancien Volontaire international en entreprise en poste à Pékin dans les locaux de la Chambre du Commerce et de l’Industrie Française (2015-2017), il est désormais enseignant de culture générale à l’École de l’air (Salon de Provence). Depuis 2018, il prépare une thèse sur la géopolitique de l’Indo-Pacifique dans le cadre d’une convention de cotutelle entre l’Institut Catholique et Paris et l’Université de Polynésie française. Il est membre du comité Asie des Jeunes IHEDN.
 

Téléchargez ici l’article

 

Thumbnail

Actualité précédente

Thumbnail

Actualité suivante