ENTRE INSTITUTIONNALISATION ET COOPERATION : QUELLE PLACE POUR LE RENSEIGNEMENT EUROPEEN ?

À PROPOS DE L’ARTICLE 
Dans un contexte d’européanisation des politiques publiques, l’Union européenne (UE) semble détenir une plus grande capacité d’influence sur les politiques nationales, notamment dans le domaine de la défense.  Dans ce dernier, se pose la question de la place du renseignement.
Ce champ si particulier, au cœur des fonctions régaliennes et de la souveraineté étatique, nécessite un traitement politique différencié. Or, la persistance d’une menace terroriste dépassant les frontières nationales ne fait que remettre à l’ordre du jour la nécessité d’une coopération approfondie.
Cet article se propose d’étudier le renseignement sous différents angles, allant d’un renseignement européen intergouvernemental à un renseignement sous la tutelle de l’UE, en passant par un état des lieux de l’institutionnalisation et de la coopération en la matière mais également de ses perspectives.
À PROPOS DE L’AUTEUR
Clara SELLAMI est étudiante en Master 2 Sécurité de l’Europe et stabilité internationale à Sciences Po Strasbourg et également réserviste opérationnelle au sein de la Gendarmerie. Elle est membre du Comité Europe des Jeunes IHEDN et attachée à la déléguée régionale de l’antenne de Strasbourg.
 

Téléchargez ici l’article

 

Thumbnail

Actualité précédente

Thumbnail

Actualité suivante