L’accès à la mer, clé de lecture des relations interétatiques dans la corne de l’Afrique

À PROPOS DE L’ARTICLE 
Nous l’avons vu tout au long de ce dossier sur les ports du détroit de Bab el Mandeb, ceux-ci façonnent les dynamiques régionales aussi bien dans la péninsule arabique que dans la corne de l’Afrique. Pour les États de la région, l’accès à la mer est un atout de premier ordre, permettant à la fois de faciliter le développement commercial et de monnayer auprès de ses partenaires l’accès à une position géographique privilégiée. Cet article développe la façon dont cet atout est manié différemment en fonction de la situation de chaque État, au travers de quatre entités de la corne de l’Afrique : si pour un pays enclavé comme l’Éthiopie, l’accès à la mer est une problématique à résoudre, il représente pour le petit État qu’est Djibouti le pilier central d’une stratégie d’extraversion réussie, stratégie dont tentent de s’inspirer l’Érythrée et le Somaliland pour se faire une place sur la scène internationale.
À PROPOS DES AUTEURS
Allison POELS est responsable du pôle Afrique de l’Est au sein du comité Afrique des Jeunes de l’IHEDN et a coordonné ce dossier sur les dynamiques régionales autour des ports de Bab el Mandeb. Ingénieur dans l’aéronautique, elle est également diplômée d’HEC Paris et titulaire d’un master de recherche en innovation à l’école Polytechnique.

Quentin PUJOL est étudiant à Sciences Po Paris et membre du comité Afrique des Jeunes de l’IHEDN depuis 2019.

Téléchargez ici l’article

Thumbnail

Actualité précédente

Thumbnail

Actualité suivante